Interview : la publicité mobile vue par Addict Mobile

#Blog #Rencontre #Business

Addict Mobile est partenaire de BeApp sur toute la partie ASO (référencement naturel d’une app) et monétisation d’une application. Grégoire, fondateur de la société a répondu à nos questions sur les bonnes pratiques d’acquisitions d’une stratégie mobile.

 

Quels sont vos conseils au lancement d’une application ?

Dès le début, il faut choisir – et implanter – le bon outil de tracking.

Il est aussi essentiel de soigner son ASO (App Store Optimization) :  les screenshots, la description, l’icône de son app, les keywords associés…

Enfin, si l’app a une dimension internationale, il ne faut pas hésiter à faire un soft launch sur un territoire clef (ex : le Canada ou l’Australie, si on vise les US), afin de tester la rétention, la monétisation et l’usage de l’application sur un groupe limité d’utilisateurs avant de la lancer au niveau Monde.

 

Quelles sont les méthodes les plus appropriées au recrutement de nouveaux utilisateurs ?

Il n’y a pas de méthode miracle. Il y a des centaines de sources de trafic, et seule une méthode « Test & Learn » et une optimisation quotidienne garantissent un recrutement optimal et rentable.

La règle générale, c’est de passer le temps nécessaire pour lancer son acquisition sur un grand nombre de sources et de targetings différents, de tester un maximum de créas, et d’analyser les résultats de manière granulaire, pour repérer les endroits et sources où l’app sera rentable.

Cela signifie décortiquer dans le détail les performances, si possible avec des technologies adaptées, à court, moyen et long terme. Par exemple, on va se rendre compte que la rétention des utilisateurs ne sera pas la même d’une régie à l’autre. Et, même au sein de chaque régie, certaines sous-sources (des apps différentes) seront rentables et pas d’autres. De la même manière, on pourra se rendre compte que les utilisateurs d »iPhone 6 sont rentables, mais pas ceux d’iPhone 5. C’est un processus itératif permanent, nécessitant de l’expertise et du temps, mais indispensable pour aller chercher de la rentabilité.

 Ce qui est important, c’est de bien se donner les moyens d’effectuer une analyse granulaire de l’information : quel OS ? Quels pays ? Quels devices ? Une bonne détermination des besoins à la base permet de mieux recruter, et ce de manière ROIste.

 

Quelles sont les erreurs habituelles ?

J’ai vu des éditeurs lancer des campagnes d’acquisition avec un mauvais ASO au niveau de l’app, par exemple avec des screenshots peu travaillés. C’est dommage, ça peut faire considérablement baisser le taux de conversion.

Aussi, je conseillerais de bien évaluer son budget marketing. Il ne s’agit pas que de définir un budget de production dès le départ, mais de bien évaluer ses dépenses marketing, de penser à la suite. En effet, l’époque où l’on pouvait espérer bénéficier d’un succès naturel sans marketing associé est finie. Cela peut arriver, mais le produit doit alors être vraiment disruptif, et excellent… Sans compter qu’il faut une bonne dose de chance. La plupart des éditeurs sérieux du marché prévoient un budget marketing conséquent dès le début de leur projet : pour le lancement, mais aussi pour soutenir l’app ensuite dans la durée.

 

Au bout de combien de temps une app peut-elle être rentable ?

Une fois encore, cela dépend énormément de l’app. Certaines apps vont avoir la capacité de monétiser leur audience de manière forte et rapide. Tandis que d’autres ont une monétisation dans la durée. C’est le cas par exemple des apps de media / news, qui gagnent peu de revenus par session mais qui en contrepartie bénéficient d’une bonne rétention dans la durée. Chaque app nécessite donc une analyse poussée de ses metrics, histoire de mettre à plat son modèle économique, pour définir la meilleure stratégie à court et long terme.

 

Quels sont les KPI à analyser lors d’une campagne de pub mobile ?

Avant tout, il faut suivre ses taux de conversion (impression > click et click > install) pour mesurer la performance de ses pubs et de sa page App Store. Mais au-delà de ça, je préconise de mesurer avec précision sa rétention et sa monétisation, de surveiller par exemple le pourcentage d’achat par utilisateur (pour du m-commerce) ou bien le pourcentage d’utilisateurs inscrits. Il est nécessaire de surveiller son ARPU dans le temps, à J+1, mais aussi à J+7, J+30, voire au-delà (en fonction de la durée de vie moyenne d’un utilisateur). Sans oublier de bien analyser la LTV de chaque cohorte ou utilisateur.

 

Comment bien choisir son format de pub mobile ?

A priori, tous les formats sont intéressants à utiliser. En effet, chaque format est segmentant. Une bannière, un interstitiel ou une vidéo n’attireront pas le même utilisateur. Qui plus est, chaque format a un prix. Par exemple : une bannière va être moins explicative de ce qu’est l’app, et risque dont d’attirer des utilisateurs moins qualifié qu’une vidéo. Mais, en contrepartie, elle est beaucoup moins chère, et peut donc s’avérer rentable. Chez Addict Mobile, on teste tous les formats, puis on optimise en fonction des résultats observés de manière granulaire. C’est ce qui nous permet d’acquérir de forts volumes d’utilisateurs tout en optimisant de manière ROIste nos campagnes.

Ces articles peuvent vous intéresser

Quelles nouveautés pour iOS 12

17 septembre 2018

Alors que la Keynote de rentrée d’Apple avait lieu mercredi 13 septembre, nous avons fait un petit...

Lire l'article

Veille mobile #4

19 octobre 2017

L’AI EMBARQUÉE DANS LES SMARTPHONES VA CHANGER LES USAGES Les constructeurs de Smartphone sont ceux...

Lire l'article