Le paiement mobile, oubliez la technologie, pensez utilisateurs !

#Blog

Le paiement mobile c’est pour quand ?

On en attendait la démocratisation pour 2015 et on l’attend encore ! Il suffit de se promener dans les centres commerciaux, aller au restaurant ou au cinéma, le smartphone n’est pas encore un moyen de paiement commun et peine à s’installer dans les usages de la société.

La France se place bien loin de ses voisins européens, avec 130 millions de transactions contre 800 millions en Angleterre et 600 millions en Espagne.


Les freins liés au paiement mobile perdurent :

  • L’insécurité arrive en première position ;
  • L’absence de réels bénéfices ;
  • La non possession de l’application nécessaire ou de la technologie, tous les téléphones ne sont pas équipés de puces NFC*
  • L’incompréhension de la fonctionnalité

*Near Field Communication, (ou communication en champ proche) est une technologie permettant d’échanger des données à moins de 10 cm, entre deux appareils équipés de ce dispositif.

 

 

Les solutions actuelles de paiement mobile

Les leaders mondiaux sont forcément déjà présents sur le marché :

Apple Pay est déjà disponible en Chine où il a fait un carton et dans certains autres pays européens. La France quant à elle, devrait bientôt l’accueillir. Des négociations avec des banques françaises sont en cours et selon les rumeurs Apple Pay serait disponible pour l’été ou l’automne 2016.

Les utilisateurs utilisent la technologie NFC et utilisent leur code Pin et le bouton Touch ID (lecteur d’empreintes digitales) afin de confirmer les transactions.

 

Capture d’écran 2016-03-16 à 17.28.43


Sur le même principe, Samsung Pay a été lancé en Corée du Sud et aux États-Unis. La Grande-Bretagne et l’Espagne seront les deux premiers pays européens à pouvoir tester la solution. Contrairement à Apple, Samsung mise à la fois sur la communication de champ proche, mais aussi sur la technologie MST (Magnetic Secure Transmission), qui permet au smartphone de communiquer avec n’importe quel terminal standard de carte bleue.

 

Orange Cash est testé depuis un an dans quatre grandes villes françaises et sera déployé plus largement courant 2016. Lancé en partenariat avec Visa, le service réclame que l’on pré-enregistre son numéro de carte bancaire afin de l’utiliser. Le paiement mobile pourra être réalisé à plusieurs conditions : que le smartphone concerné soit compatible avec la technologie de communication NFC, qu’il soit sous Android ou Windows Phone et ait une ROM Orange, que les magasins aient un terminal NFC, et que la somme payée reste inférieure à 20 euros – le plafond légal des paiements sans contact en France.

 

Le bilan reste mitigé en Europe et aux Etats-Unis pour les différents services. Des utilisateurs pas encore convaincus de l’intérêt de privilégier ce genre de services à leurs cartes de crédit et des partenaires bancaires et des commerçants encore peu impliqués…

 

 

Ils veulent révolutionner le paiement mobile

Après Android Pay, Google souhaite apporter au paiement mobile un réel plus pour l’utilisateur, c’est à dire de ne même pas avoir à sortir son smartphone de sa poche ou de son sac. Le paiement mobile n’a pas de réel avantage en soit mis à part celui de regrouper différentes cartes bancaires et de fidélité.

Google teste donc Hands Free qui fonctionne grâce aux technologies Bluetooth et Wifi. L’utilisateur n’a qu’à dire à haute voix : je paie avec Google. Le vendeur pourra alors ensuite valider le paiement avec une photo d’identification qui apparaîtra sur son écran.

 

Mastercard de son côté testerait un dispositif d’authentification par selfies. Le groupe a présenté un système de validation des paiements effectués en ligne depuis un smartphone qui utilise la reconnaissance faciale et les empreintes digitales pour réaliser une transaction.

 

Lydia est une application mobile qui permet à ses utilisateurs de régler toutes sortes d’achats mais aussi d’effectuer des virements auprès d’autres usagers.
L’application a connu une forte notoriété grâce à un partenariat fructueux avec Tupperware. Les 35.000 vendeurs à domicile utilisent désormais cette application plutôt que d’accepter les chèques.

https://lydia-app.com

 

Ou encore l’application PWYP application de paiement mobile qui permet de régler ses achats en magasin par le simple scan d’un QR code. Une fois votre carte bancaire liée, vous pouvez payer en toute sécurité et en toute simplicité chez les commerçants partenaires de l’application. L’avantage ? Plus vous payez, plus vous êtes récompensés ! Lors de chaque paiement, vous cumulez automatiquement des crédits fidélités en euros effectif que vous pourrez redépenser lors de vos prochains achats !

http://www.pwyp-app.com

 

 

Le paiement mobile, ce n’est pas pour demain !

L’attrait pour ce nouveau moyen de paiement reste limité, mais avec un nombre de smartphone équipés de NFC en hausse de 17,5% entre janvier 2015 et septembre 2015 (selon l’Observatoire NFC & du sans contact), le paiement mobile commence à devenir une fonctionnalité courante, voire native, du smartphone.

Mais même si les utilisateurs deviennent équipés ils attendent une réelle innovation dans le domaine du paiement mobile et l’on peut voir que les leaders des devices mobile ne se mouillent pas trop en terme d’offre. Les freins sont encore trop importants et le besoin n’est pas imminent.

De plus, il est important de penser que les commerçants doivent avoir l’équipement adéquat et s’équiper de nouvelles machines compatibles avec le NFC afin d’accepter les paiements mobiles.

Ces articles peuvent vous intéresser

Quelles nouveautés pour iOS 12

17 septembre 2018

Alors que la Keynote de rentrée d’Apple avait lieu mercredi 13 septembre, nous avons fait un petit...

Lire l'article

Veille mobile #4

19 octobre 2017

L’AI EMBARQUÉE DANS LES SMARTPHONES VA CHANGER LES USAGES Les constructeurs de Smartphone sont ceux...

Lire l'article