Makidoo industrialise la production vidéo sur mobile pour les entreprises

#UX/UI #Clients #Mobile #Transformation digitale #Rencontre #iOS

Nos clients Julien et Sophie Comte ont créé Makidoo, le premier assistant réalisateur de poche pour les entreprises qui souhaitent faire des vidéos d’experts sans passer par des agences. Rencontre avec les fondateurs.

 

 

 

 

La mission : désacraliser la production de contenu vidéo

“ Après 15 ans d’expérience dans le métier de la vidéo, j’ai identifié un problème majeur pour les entreprises : elles ont besoin de faire des vidéos pour leur content strategy mais elles n’ont pas toujours les moyens ou l’expertise pour le faire ” explique Julien Comte, co-fondateur et CTO de Makidoo.

 

Avec Sophie Comte, son associée au poste de DG et son épouse, ils quittent Paris et s’installent en Vendée avec l’aide d’Oryon et du CRI (Centre de Recherche et d’Innovation) de la Roche sur Yon qui les accompagnent dans le développement du projet.

 

“La vision de Makidoo, c’est de désacraliser la production de contenu : avec l’aide d’un guide et d’un bon outil, tout le monde peut faire des vidéos. Nous souhaitons faire comprendre aux entreprises que notre application de montage automatique leur permet de créer facilement du contenu sans être un expert. Pour les réseaux sociaux, ce qui compte ce n’est pas l’esthétique de l’image mais plutôt son sens” ajoute Sophie.

 

Les médias comme 20Minutes ou Brut sont un bel exemple.

 

“Le snack content (production de contenu court) fait partie de leur stratégie : ils créent des vidéos courtes sur des modèles très simples pour des messages impactants et ça marche ! Les vidéos, c’est ce qui est le plus consommé sur internet” raconte Julien.

 

Idée reçue numéro 1 : la vidéo, c’est réservé au service communication

“Tous les métiers d’une entreprises sont concernés. Souvent on pense que la vidéo est réservée aux communicants mais c’est faux. Beaucoup de métiers comme la formation, le recrutement, le commerce, le marketing et bien d’autres sont également concernés” indique Sophie.

 

Elle ajoute que les principaux secteurs d’activités sensibles à la vidéo sont les industries, les institutions, les services et la presse écrite.

 

Selon les co-fondateurs, la vidéo s’adapte aux stratégies de chaque métier comme par exemple :

 

  1. Faciliter la transmission de connaissances pendant une formation
  2. Devenir un levier de marque employeur pour le recrutement
  3. Être un support commercial pour vendre un produit ou un service
  4. Promouvoir un produit ou un service lors d’opérations marketing
  5. Communiquer en interne et en externe auprès des équipes ou des clients/prospects

Mobile first et user experience : le duo gagnant d’un produit mobile efficace

En 2010 à la genèse du projet, Julien se rendait déjà compte que le secteur de la vidéo commençait sa transformation digitale.

 

“Canon et Nikon, avec leur DSLR, ont fait des appareils photos qui enregistrent des vidéos et les consommateurs ont abandonné l’usage du caméscope. L’arrivée des smartphones a bousculé le marché et  nous avons immédiatement imaginé notre outil sur mobile : il fallait qu’il soit directement dans la poche du collaborateur” explique Julien.

 

Pour le moment, Makidoo a pour véritable vocation de rester sur mobile. Les co-fondateurs n’envisagent pas de mettre leur produit sur desktop sauf pour en faire un usage complémentaire (back office administrateur). Très ancré dans une démarche mobile first, l’expérience utilisateur a également été un point de départ stratégique pour la start-up.

 

“ Comme le produit était à construire entièrement, l’étape du design thinking nous a permis à la fois de prouver notre marché et surtout d’anticiper la navigation centrée utilisateur pour notre application” ajoute Sophie. “Notre plus gros challenge était dans la prise en main de l’outil : le montage est automatique et l’usage est simple mais tourner des vidéos reste un métier à part entière. Il fallait trouver le bon compromis pour adapter un outil d’expertise à des utilisateurs amateurs. L’étape UX a permis de créer un lien solide pour répondre à cette problématique”.

 

L’ambition du projet séduit les investisseurs français et américains

Fin juillet, Makidoo signe sa première levée de fonds qui avoisine les 350 000 euros. Mais les co-fondateurs n’en sont pas à leur premier flirt avec les investisseurs. En 2016, ils avaient déjà séduit Michel Gay, Directeur de Cabinet à la Mairie de Vertou qui investit très vite 100K€ dans le projet en tant que business angel. Rapidement, Michel Gay et sa femme, Nathalie Gay, s’associent au projet.

 

 

Un quatrième associé, Alex Vachon, est installé à New York et travaille sur l’installation d’une équipe commerciale aux Etats-Unis. Le continent américain a d’ailleurs déjà été attiré par la start-up.

 

“ Nous avons postulé au programme d’accélération de Quake Capital  lors d’un appel à candidatures. Nous avons d’abord été refusés car nous étions Français et finalement NY nous a rappelé car notre projet les a vraiment convaincus” raconte Julien. “ Nous aimerions d’ici l’année prochaine, partir à la conquête du rêve américain”.

 

Julien et Sophie pensent déjà aux Amériques mais ils gardent les pieds sur terre. A courts termes, les co-fondateurs cherchent d’abord à recruter* (voir plus bas les offres), puis digitaliser leur commercialisation, sortir la version android de l’application, améliorer le produit et installer un laboratoire de R&D.

 

*Makidoo est à la recherche d’1 Lead Backend PHP + 1 Chef de projet (alternance) / 1 Commercial / 1 Responsable Marketing et Communication. Pour plus d’infos et postuler : https://makidoo.io/

La love story de Makidoo et Beapp

Incubés chez 1kubator à Nantes, Sophie fait la rencontre de notre CEO Anaïs lors d’un afterwork avec Sandrine Charpentier, Directrice 1kubator Nantes.

 

“J’ai rencontré Anaïs et ça tout de suite été le coup de foudre. Nous cherchions à sous-traiter le développement de notre produit et les échanges avec Anaïs nous ont menés à commencer par l’étape UX. Ensuite nous avons décidé d’internaliser le développement mais suite à quelques difficultés majeures, nous avons confié le développement aux équipes de Beapp” raconte Sophie. “Nous avons confiance en Beapp et nos relations sont portées par des valeurs que nous partageons et c’est aussi ça, la réussite de Makidoo”.

 

Nous accompagnons Makidoo depuis maintenant près de 2 ans et nous sommes très heureux de les voir grandir. Nous leur souhaitons tout le meilleur pour leur réussite.

 

Ps : nous utilisons Makidoo pour les vidéos de Képhyre, notre start-up dédiée à la sécurité équestre 😉

Ces articles peuvent vous intéresser

Retour sur les UX DAYS de Flupa

29 juin 2018

Le 14 juin, nos deux UX designers, Margaux et Sophie, se sont rendues à la Cité des Sciences à Paris pour...

Lire l'article

Serndip digitalise la rencontre authentique sur mobile

30 mai 2018

Notre client Christophe Legland, entrepreneur dans l’âme, est à l’origine de la nouvelle application de...

Lire l'article