Ce qu’il faut savoir sur la publicité mobile

#Veille #Blog

La publicité mobile représente un marché de plus de 100 milliards de dollars dans le monde et l’année 2016 va marquer un tournant : pour la première fois, la publicité sur mobile comptera plus de 50% dépenses publicitaires en ligne (mobile et internet fixe confondus).

En France, la publicité mobile est pourtant encore à la traîne vis à vis des usages et de l’utilisation qu’en font les mobinautes. En 2016, en France, elle pèserait 1 milliard de dollars, contre 7 milliards au Royaume-Uni.

Les annonceurs prennent plus de temps à se convertir au mobile, où les éditeurs ont pourtant fait migrer leur audience grâce à des applications et à des sites adaptés au support. L’enjeu est de développer une expérience publicitaire plus intuitive et adaptée aux usages mobiles des consommateurs.

 

Les formats natifs VS display classique

Seuls 21% des mobinautes français déclarent être attentifs aux publicités sur mobile et, généralement, les Français sont anti-publicités. Il convient donc d’adapter les contenus aux formats et ne pas être trop intrusif.

La publicité dite native est intégrée de manière quasi naturelle dans la navigation à tel point qu’elle peut se fondre au contenu et n’altère quasiment pas l’expérience utilisateur.

Les publicités natives, intégrées au flux éditorial que l’on appelle « in-feed « sur mobile et tablette (comme les articles sponsorisés insérés dans le fil d’actualité, ou encore l’habillage d’application), sont deux fois plus vues et cliquées (52%) par l’oeil que celles en bannières.


Capture d’écran 2016-03-04 à 17.48.40

L’essor du format vidéo

Aujourd’hui, les vidéos mobiles sont 5 fois plus efficaces que les bannières classiques. La forte croissance de la publicité vidéo est surtout due aux réseaux sociaux sur qui ce format s’est fortement démocratisé. Les avantages de la vidéo publicitaire sur mobile sont nombreux : plus de visibilité, donc plus d’engagement, donc plus de trafic.

On passe d’un modèle dit « intrusif » à un modèle qui repose sur l’acceptation de l’utilisateur. L’autoplay est un bon compromis : en diffusant un contenu vidéo sans le son, les annonceurs suscitent l’intérêt de l’internaute tout en lui laissant le choix de passer son chemin, de stopper la lecture ou d’activer le son.

Des solution comme par exemple Médiabong permettent d’intégrer facilement des publicités vidéo. 

 

Le retargeting in-app

Le Retargeting (ou Reciblage publicitaire) est l’une des méthodes publicitaires les plus efficaces sur le Web fixe, sur mobile, elle consiste à :

  • identifier les internautes d’un site ou application mobile à fort potentiel (ex : ayant abandonné un panier, ayant fait une recherche spécifique …).
  • leur afficher un message personnalisé en rapport avec leur comportement (ex : le produit qu’ils ont abandonné) lorsqu’ils surfent sur l’Internet mobile.

Le retargeting app to app va permettre de toucher différents types de mobinautes :

  • les acheteurs, étant déjà passés à l’action sur l’app
  • les actifs non acheteurs

 

L’objectif est de tenter de repêcher le mobinaute qui a téléchargé une application, l’a ouverte puis ne l’a plus utilisée. Lorsque ce dernier sort de l’application, une bannière personnalisée et dynamique va s’afficher afin de l’inviter à y retourner. Afin d’être plus pertinent, le clic sur la bannière va conduire l’utilisateur à une page précise dans l’application.

 

Retour d’expérience d’une strat-up

Réussir le lancement d’une application et la monétiser via l’axe publicitaire est un travail à par entière. Avant tout cela, un bon référencement et une stratégie de communication pertinente sont les deux ingrédients qui garantiront le succès d’une application mobile.

Plus concrètement, Clément Magot créateur de l’application Perfauto développée dans nos locaux nous explique la stratégie qu’il a adopté pour le lancement et la monétisation de son application

 

Témoignage de Clément Magot, fondateur de l’app
PERFS-AUTO Start-up Nantaise en cours de développement

 

« PERFS-AUTO est une application à dimension internationale avec une stratégie mobile in app (c’est à dire seulement dans l’application). Mon objectif était de la rendre monétisable rapidement, sachant qu’aujourd’hui rendre rentable et générer du volume de téléchargement sur une application payante est très compliqué, j’ai donc misé sur la publicité in app.

 

Il ne faut pas mettre de la pub partout pour gâcher la navigation de l’utilisateur car on est quasi certain de perdre des user si la pub est trop omniprésente

L’application PERFS-AUTO est donc gratuite à 80% et l’utilisateur y retrouve 4 publicités non ciblées placées stratégiquement : 

– Un interstitiel au démarrage juste après l’écran de lancement

– Un bandeau en bas de l’app > qui disparait dans la version payante

– Un interstitiel lorsque l’utilisateur obtient son résultat de recherche

– Un interstitiel lorsque l’utilisateur fait une recherche et retourne en arrière
En tant que jeune entrepreneur à faible budget j’ai préféré m’assister directement de prestataires sérieux afin de ne pas me tromper.
Admob (régie publicitaire de Google), iAdd (régie d’Apple) sont les deux plus grosses régies publicitaires et et possèdent chacune leurs points forts et leurs points faibles.

Admob est en Français et associé avec Google Analytics donc les tableaux de bord sont liés. Google a un taux de rémunération moins important mais un taux d’affichage proche des 100 %, on peut compter sur un bon SAV, les échanges commerciaux sont simples.

Apple a un taux de rémunération plus important mais un taux d’affichage proche des 70%, donc un fort taux de déchet. De plus, iAdd est uniquement en anglais donc moins confortable pour une première app.

C’est avec Admob que j’ai décidé de travailler.
Qui dit publicité dit communication, les deux vont de paire pour une stratégie complète. D’ici la fin de l’année je veux diversifier mes sources de revenus par exemple en créant des leads. »

 

 

Article à lire pour aller plus loin

Retrouvez les conseils d’AddictMobile, prestataire dédié à la publicité mobile, pour le lancement de vos applications et le recrutement de nouveaux utilisateurs

 

Ces articles peuvent vous intéresser

Retour sur les UX DAYS de Flupa

29 juin 2018

Le 14 juin, nos deux UX designers, Margaux et Sophie, se sont rendues à la Cité des Sciences à Paris pour...

Lire l'article

RGPD et GAFA : zoom sur leur mise en conformité

25 mai 2018

D’après une étude de SafeDK, 55% des applications mobiles ne sont toujours pas en accord avec la nouvelle...

Lire l'article