Louise découverte : BeApp partenaire du projet, rencontre Gwenhaël

#Blog #Lecture

BeApp : Chers lecteurs, bonjour à tous. Aujourd’hui, notre équipe s’est rendue dans les locaux de Louise, l’application de rencontres musicales. Gwenhaël Louise, fondateur du projet, a accepté de répondre à nos questions. Bonjour Gwenhaël, merci de nous avoir accueillis. Nous sommes vraiment très heureux de vous avoir à la Une de notre édition du mois de mars 2015. Pour commencer, pouvez-vous vous présenter brièvement, nous dire qui êtes-vous Gwenhaël ?

 

GL : Merci BeApp de m’accorder cette interview et bonjour aux lecteurs également. Tout d’abord, je souhaite souligner que je ne viens pas du monde du mobile ou du marketing. Je suis avant tout un passionné, quelqu’un qui aime les gens. Mes passions gravitent autour des arts comme le design, la photographie, le cinéma (français), la gastronomie mais également le partage entre amis. Je suis quelqu’un qui aime vivre les choses de la vie dans l’émotion et tout en sensibilité ; subtilité.

 

BA : Vous êtes donc le fondateur de l’application Louise, une appli qui décolle en ce moment. Chouette idée, comment vous est-elle venue ?

 

GL : Cette idée m’est venue dans le métro londonien. Alors même que j’écoutais ma musique, je voyais une autre personne écouter la sienne. Et puis je me suis dit que ce serait intéressant finalement de briser les barrières humaines qui nous empêchent d’aller vers les autres dans la rue en créant une plateforme de rencontres autour de la musique. Partager sa musique, rencontrer des personnes grâce aux goûts musicaux, engager des discussions autour de sons qui transmettent des émotions qu’on partage. Voilà l’idée !

 

BA : On réalise aujourd’hui que Louise fait parler d’elle d’une manière virale. La presse et le web en parlent partout, depuis quelques semaines c’est la déferlante. Ce qui était donc une idée de métro au départ est devenue quelque chose de très concret. Qu’est –ce qui vous a fait croire en Louise ?

 

GL : J’ai toujours cru en Louise mais je dois dire depuis que les médias s’en sont emparés tout va très vite. C’est un projet qui a 4 ans déjà mais je dois reconnaître que la médiatisation de Louise a joué un rôle important dans le décollage de l’application.

 

BA : D’après vos chiffres, vous êtes arrivés à 300 000 téléchargements en 1 mois partout dans le monde. Est-ce que cela vous a posé des problèmes ? Vous attendiez-vous à un tel lancement ?

 

GL : Non en effet on ne s’attendait pas à un tel buzz. Les deux premiers jours, Louise avait été téléchargée par 30 000 utilisateurs sur l’Apple store. L’expérience est super excitante ! Nous sommes un peu victime de notre succès, l’application est en phase d’évolution mais on y travaille et cette même évolution va poser encore plus le projet.

 

BA : Comment fonctionne-t-elle ?

 

GL : C’est une application facile d’utilisation. Quand vous téléchargez l’application et que vous l’ouvrez, vous créez votre profil, vos sélectionnez une image de profil anonyme, puis vos goûts musicaux et ensuite vous entrez en relation avec les playlists des autres utilisateurs. Un son qui vous plait et vous suivez la personne, un autre qui ne vous procure rien et vous en cherchez un autre.

 

BA : L’application fonctionne alors avec des profils anonymes. Pourquoi ce choix ?

 

GL : Ce qui est important à mes yeux c’est la vision des choses, de la vie. C’est ce que tu as dans la tête qui compte. Nous on a rien a vendre et surtout pas des physiques. Au contraire, on recherche vraiment les émotions, c’est ca qui compte, c’est ça qui est important. Et puis celui qui ouvre une discussion de manière anonyme parce qu’un titre lui plait, ça recentre tout de suite la discussion sur des valeurs que porte bien évidemment la musique. Encore une fois, c’est une question de vision…

 

BA : Le choix de l’application mobile pour Louise a t-il été une évidence ?

 

GL : Oui ! La musique n’est pas un alibi pour les gens qui se parlent sur Louise. Elle a en réalité beaucoup plus de place dans la vie des gens. Alors du coup, si la musique t’as procuré une sensation, une émotion, on en parle, on échange. La musique est tellement plus belle quand elle est partagée ! Et pour ça, l’application était bien évidemment la solution. C’est une réalité, la musique est virale et tout le monde utilise aujourd’hui la messagerie. C’était donc une addition évidente en effet.

 

BA : L’application est française mais elle est en anglais. Est-ce un choix personnel ou bien un choix stratégique ?

 

GL : C’est un choix personnel et un clin d’œil à ma vie londonienne. J’ai toujours aimé l’Angleterre, je trouve que les anglais ont une approche musicale très intéressante. De plus l’anglais est une langue universelle et accessible à tout le monde, à l’image de la musique…

 

BA : On parle souvent dans la presse de Louise comme le Tinder musical. Est-ce que ca vous pose problème d’être comparé à d’autres applications ?

 

GL : Etre comparé à Tinder ? Non ça ne me gêne pas. Pour continuer sur la lancée, on peut même penser à Skype 😉

 

BA : Quels sont vos objectifs avec Louise ?

 

GL : Je sais parfaitement où je veux aller. Avec des partenaires comme Soundcloud, Qobuz, Spotify, Deezer etc. nous voulons toucher un maximum d’utilisateurs et de music lovers. Louise doit être reconnue comme un hommage à la musique partout dans le monde. Par ailleurs, avec les décalages horaires, la musique est perpétuellement en train de tourner dans les pays du monde. Louise est et sera un véritable pont local, national et international qui rassemble vraiment tout le monde.

 

BA : BeApp s’occupe de la création de l’application sur android, nous sommes donc un partenaire important dans la construction du projet Louise. Comment nous avez-vous connus ?

 

GL : J’avais déjà entendu parler de BeApp il y a 3 ans quand votre entreprise était à ses débuts. C’est Simon Robic, le co-fondateur de Bringr.net qui m’en avait parlé et qui m’avait dit beaucoup de bien de BeApp. Au départ j’ai échangé par e-mail avec Anaïs et puis je suis venu donc vous rencontrer sur place dans vos locaux. J’ai eu le feeling ! J’ai trouvé Anaïs très professionnelle, on s’est tout de suite entendus, on se dit les choses. Je n’ai pas l’impression d’être un client mais un vrai partenaire dans mon projet. En tous cas, je recommanderai BeApp autour de moi 😉

 

BA : Que pouvez-vous nous dire sur ce projet ?

 

GL : Il va falloir s’attendre à des gros changements dans les applications Louise. Je suis toujours à la recherche de l’amélioration, d’évolution afin de surprendre nos utilisateurs. Je vous le dis, dans les prochaines mises à jour, il y a aura des surprises !

 

BA : Gwenhael, quel est votre rêve dans la vie ?

 

GL : Avoir des enfants.

 

BA : Votre expression française favorite ?

 

GL : Bien évidemment.

 

BA : Votre mot leitmotive dans la vie ? Celui qui vous donne la pêche ?

 

GL : Musique.

 

BA : Merci beaucoup d’avoir participé à cette interview. Nous sommes vraiment ravis de faire partie de l’aventure. Vous devez savoir que nous avons téléchargé l’application et que nos bureaux sont très musicaux en ce moment, l’équipe a repris goût au partage de la musique ! C’est groovy chez BeApp, nous sommes la disco-company 😉 Alors merci et on se retrouve sur notre newsletter de mars ! 

Ces articles peuvent vous intéresser

Quelles nouveautés pour iOS 12

17 septembre 2018

Alors que la Keynote de rentrée d’Apple avait lieu mercredi 13 septembre, nous avons fait un petit...

Lire l'article

Veille mobile #4

19 octobre 2017

L’AI EMBARQUÉE DANS LES SMARTPHONES VA CHANGER LES USAGES Les constructeurs de Smartphone sont ceux...

Lire l'article