UX : tester son interface, quand, comment, pourquoi ?

#UX/UI #Mobile #Lecture #Creative #Développement mobile

Post its tests utilisateurs

Lorsque l’on développe une application mobile, les retours des utilisateurs sont essentiels pour la réussite de son projet. Cela permet notamment de repérer les problèmes d’ergonomie avant un développement coûteux, d’améliorer la fluidité du parcours ou encore de recueillir les bonnes idées et avis sur un produit. Mais alors, comment tester son interface ? A travers quels outils ? A quel stade de son projet ?

 

Quand tester son interface ? 

 

Le produit doit être a minima « palpable » pour l’utilisateur afin qu’il s’y projette, mais les tests peuvent être réalisés à n’importe quel moment de la conception. Plus tôt vous testerez votre interface, plus tôt les impacts seront minimisés.

 

Quels supports pour tester son interface ?

 

Les supports de test peuvent alors être des wireframes*, des maquettes graphiques ou des prototypes animés. Tout dépendra de l’objectif du test : 

  • Vous avez deux scénarios d’ergonomie ? Optez pour les wireframes. 
  • Vous voulez vérifier si le positionnement de la marque se ressent dans le design ? Partez sur des maquettes design.
  •  Vous souhaitez tester la fluidité d’un parcours type ? Alors un prototype animé sera plus adapté.

 

Attention ! Ces différents tests ne sont pas à confondre avec les focus groupes* qui permettent d’explorer davantage le positionnement du produit et non l’usage réel. Il est possible de mixer ces deux pratiques : faire tester les fonctionnalités attendues puis terminer sur un temps d’échange en groupe avec les participants afin d’avoir leurs retours sur le concept, le positionnement etc.

 

Les différents types de tests utilisateurs

 

Les tests internes

Pour avoir des retours rapides et peu coûteux, les tests internes peuvent être une option idéale pour les petites questions que vous vous posez lors de la conception de votre application.
Vos collègues ou vos proches ne sont peut être pas les utilisateurs finaux mais peuvent avoir des retours complémentaires aux tests, à condition de filtrer les commentaires biaisés.

  • Les plus : gratuit et simple à mettre en place sur des temps courts.
  • Les moins : cible non adaptée, retours parfois biaisés.

 

Les tests en laboratoires

Dans le cas des tests en laboratoires, le participant est isolé dans une pièce séparée et observé depuis une salle, au travers d’une glace sans tain. Des dispositifs audiovisuels et sonores enregistrent alors toutes les interactions. Ces tests bien spécifiques demandant un équipement adapté, sont réalisés par des entreprises spécialisées. 

  • Les plus : rigoureux, résultats poussés, très précis et de qualité. Garantie du recrutement d’utilisateurs correspondant parfaitement à la cible, pas de distraction des testeurs.
  • Les moins : très coûteux, plus long car les testeurs passent un par un, la situation non “naturelle” peut être également stressante pour les testeurs.

 

Les tests physiques (en situation contrôlée)

En groupe ou individuellement, le test physique permet d’être témoin des réactions “à chaud” et des points de blocage. Pour garantir le bon déroulé du test, il est nécessaire de mettre les testeurs dans de bonnes conditions et créer un espace convivial où ils se sentiront à l’aise.

  • Les plus : test contrôlé qui donne lieu à des échanges et retours pertinents, le contact direct permet d’axer le test sur des points précis et de faire émerger des idées nouvelles. 
  • Les moins : longue organisation (recrutement, planification, relances…), l’effet de groupe peut parfois influencer certaines personnes, l’utilisateur n’est pas toujours en situation réelle.

 

session de tests utilisateurs chez beapp

Les tests physiques (en situation naturelle)

Ces tests se rapprochent des tests en situation contrôlée à la différence qu’ils se passent dans un contexte familier pour l’utilisateur : au travail, en magasin, chez lui…

  • Les plus : reflètent au mieux le comportement de l’utilisateur en situation réelle et permettent d’interagir avec le testeur et orienter le test.
  • Les moins : organisation longue (recrutement, planification, relances…), le fait d’avoir une personne conductrice du test peut amener du stress malgré la situation dite naturelle. Nombre de participants limités.

 

Les tests à distance

Depuis quelques années, une solution alternative fait son apparition : le test à distance. Trois solutions :

  • via un animateur sur une plateforme de visioconférence (Hangout, Skype, Zoom…) où le test peut être effectué en temps réel,
  • via des plateformes spécialisées comme Ferpection ou Testapic mais cette fois sans intervention d’un animateur. L’avantage de ces plateformes est qu’elles ont bien souvent une base d’utilisateurs, la recherche de testeurs est donc déléguée,
  • via un lien envoyé aux participants avec une maquette animée et un questionnaire, sans intervention d’un animateur.
  • Les plus : rapidité, public plus large, moins coûteux et prend moins de temps car on n’anime pas les tests. Cela permet aussi un gain de temps non négligeable sur le dépouillage et le recrutement. Enfin, l’utilisateur est chez lui ou au bureau, en situation naturelle.
  • Les moins : les résultats peuvent être bâclés, le coût est élevé pour le résultat. Également, il n’y a pas d’assistance pendant le test s’il y a des incompréhensions.

 

Le Guerilla testing

L’intérêt de ce type de pratique est de solliciter spontanément des utilisateurs dans un café, dans la rue, en magasin,…
Préparez votre test et votre matériel pour aller à l’essentiel et en échange de 15 minutes de test, vous pourrez proposer un café ou une viennoiserie.

  • Les plus : rapide à mettre en place, peu coûteux et beaucoup de retours en peu de temps.
  • Les moins : nombre de questions limitées par le temps, les testeurs ne sont pas toujours dans la cible, l’environnement de test peut les déconcentrer les participants.

 

 

Finalement, peu importe votre choix, l’important c’est de tester ! Faites en fonction de votre budget et du temps que vous avez de disponible. Les tests utilisateurs ont le réel avantage de diminuer le nombre d’allers-retours en design mais ils permettent également de vous rassurer sur le bon déroulement de votre projet d’application, en adéquation avec votre cible. 

 

Vous avez des questions sur la partie UX du développement de votre application mobile ou besoin d’accompagnement pour mener vos tests utilisateurs ? N’hésitez pas à nous contacter!

 

 

 

*wireframe : le schéma simplifié d’une page web ou d’un site web.

*focus group : technique d’étude qualitative qui consiste à rassembler une demi-douzaine d’individus consommateurs ou prescripteurs pour comprendre en profondeur leurs attitudes ou comportements à l’égard d’une offre.

*crédit photo : David Travis

 

Ces articles peuvent vous intéresser

Kavale : le boîtier connecté pour la sécurité équestre – made in Beapp – est enfin disponible!

17 septembre 2019

En 2017, Anaïs Vivion, associée à des membres de notre équipe, ont créé la start-up Képhyre qui édite...

Lire l'article

UX : nos 2 outils pour s’immerger efficacement dans la tête de vos utilisateurs

19 juillet 2019

Coeur de l’UX (User Xperience), l’étude complète d’une cible de population (visée par...

Lire l'article